Cartes de crédit prépayées et rechargeables : le comparatif 2016 !

Une carte de paiement prépayée, c’est la double assurance de ne jamais dépasser son plafond de découvert autorisé, et de ne pas avoir à payer les agios qui vont avec. L’autre avantage est pour ceux qui n’ont pas accès à une CB, pour des raisons d’interdiction bancaire et de fichage Banque de France. La carte bancaire rechargeable permet d’avoir toujours un autre moyen de paiement sur soi que du liquide, pratique quand on veut acheter sur Internet par exemple. Nous avons listé les meilleures cartes bancaires prépayées.

 

La carte de crédit prépayée de la Banque Postale


On peut avoir un compte en banque à la Poste et pour des raisons de maîtrise de son budget, vouloir utiliser une carte de paiement rechargeable gratuite. Il est possible de se la procurer dans toutes les agences de la Banque Postale mais si elle est gratuite à l’achat, il y a des frais selon l’utilisation qu’on peut en faire.

Les frais de gestion peuvent être mensualisés, et le coût global par an est de 18 euros. Chaque retrait fait avec la CB est payant, 65 centimes (mais retrait gratuits dans les DAB de l’enseigne). Par contre, à chaque rechargement, il n’y aura pas de frais. Il est possible d’alimenter sa carte par prélèvement Internet, ou bien de se rendre en agence pour le faire. Avec l’importance du réseau de la Banque Postale, c’est quand même assez pratique. Sachez qu’utiliser sa carte à l’étranger coûte de l’argent, qu’il s’agisse de faire des retraits ou des achats, et ce à chaque transaction.

Pour avoir la CB prépayée de la Banque Postale il faut déjà être client en agence. Le vrai plus est ici d’avoir un service client qui tient la route, contrairement à d’autres cartes prépayées.

 

La Visa Transcash


A la différence de la précédente, cette carte de paiement s’achète, mais son coût est limité à moins de dix euros, et pour ce prix, on a 2 cartes au lieu d’une. Pas de frais de gestion, mais des frais de retrait (1€) et des frais de chargement. Quand on a besoin de tirer du liquide, l’astuce consiste donc à ne pas tirer 20 euros par 20 euros, mais bien une somme un peu plus importante, afin de limiter les 1 € par retrait.

On peut acheter la visa transcash presque partout, elle est vendue dans les bureaux de tabac, mais aussi dans les grande surfaces comme Auchan. Pour la recharger, il faut acheter des coupons, qui ont différentes valeurs, jusqu’à 500 €. Pas besoin d’un compte en banque pour l’obtenir, mais il faudra pouvoir justifier de son identité en envoyant une photocopie de sa CNI et un justificatif de domicile.

Les limites sont assez élevées : on peut retirer avec 500 € par jour et dépenser 2500 €.

La simplicité de la carte Transcash

Rien de moins compliqué que ce fonctionnement là. Vous vous souvenez des cartes téléphoniques ? Et bien c’est à peu près aussi facile. La carte s’achète en ligne où chez les commerçants agréés (comme beaucoup de bureaux de tabac ou de supermarchés), puis s’approvisionne après avoir été activée par téléphone ou sur le net, avec un code. Dès que l’argent est crédité, on peut commencer à l’utiliser et même à retirer dans les distributeurs de cash. L’argent se charge via des coupons qui s’achètent, on peut choisir la valeur, de 20 à 500 euros.

Trans-cach est bon système prépayé pour se faciliter la vie quand on a des difficultés à ouvrir un compte en banque ou quand on veut passer par un autre biais que son compte bancaire. Même les interdits bancaires, les fichés BDF et FICP y ont droit, puisqu’on ne peut pas être à découvert avec ou payer à crédit.

La Mastercard Net+


Voici un autre grand géant du secteur, accessible uniquement sur le net pour les clients français (pas de vente dans les bureaux de tabac). Les 4 € de frais par retrait peuvent représenter un frein pour qui souhaite retirer un peu d’argent tous les jours. On la recharge par virement, et c’est gratuit comme cela. 10 € de prix d’achat.

Si son fonctionnement est assez simple, le fait que la gestion soit étrangère peut embêter ceux qui ont du mal avec les services clients qui ne sont pas en français. Même chose pour régler ses achats chez mes commerçants : la carte de paiement net + ne passe pas chez tous.

L’Ecocard


Encore une carte prépayée gérée depuis l’étranger. Celle-ci est moderne, puisqu’elle existe en version virtuelle, et qu’elle peut se gérer avec son application smartphone dédiée.

Ici, les frais de retrait ne sont pas des frais fixes en euros, mais correspondent à un pourcentage de la somme retirée, qui est de 2%, avec un minimum de 1 € 50 à chaque retrait. Même chose pour les frais de transactions, même si le minium est beaucoup plus bas (0,40€). Le mieux est de l’alimenter par virements, puisqu’ils sont gratuits. Il existe trois versions de la carte : classique, silver et gold avec des limites de retrait et des plafonds différents, la carte classique étant sans justificatifs.

La carte Skrill de Moneybookers


C’est une des cartes prépayées avec le moins de frais du marché, puisqu’elle est gratuite (pas d’achat) mais avec des frais de gestion de 10 € par an. Les frais de retraits sont fixés à 1,80 € à chaque fois, mais aucune commission n’est prélevée pour les achats en magasin, ou sur Internet. Possibilité de la charger par virement ou par carte bancaire, même si ce dernier moyen est payant : 1,90% de la somme chargée.

La souscription n’est possible qu’à ceux qui habitent dans l’union, et l’information est vérifiée par l’envoi d’un justificatif de domicile. Un gros avantage : on peut choisir sa devise de paiement, en dollar, en euro ou en livre. Pratique pour les grands voyageurs.

La Yuna Card


S’il elle est gratuite à l’achat, la Yuna Card a des frais de gestion élevés, de 24 € 50 chaque année. Même chose pour les frais de retrait : 2% à chaque fois, avec un minimum de 3,5€ par retrait.

Il y a un délai pour la souscription, qui est de 2 semaines, puisqu’il faut envoyer ses pièces justificatives : pièce d’identité et justificatif de domicile. Il est possible de recharger la Yuna Card avec des espèces, ce qui intéresse beaucoup de monde, on s’en doute. Les systèmes possibles : Paysafecard et Cash Ticket

La carte de crédit Veritas


Voici une carte de paiement prépayée qui nous vient tout droit de Suisse, avec ce qu’on peut attendre du système bancaire helvétique : des frais élevés mais un service optimum. Ainsi, la carte Veritas est gratuite mais tout le reste est payant : frais de gestions annuels de l’ordre de 30 euros, 4€ par retrait et 1% de frais de chargement. Une formule VIP permet d’augmenter les plafonds de retraits journaliers.

CB Veritas

Les avantages de Veritas : il est possible d’avoir plusieurs carte, et de les affecter au même compte (jusqu’à quatre).  Les sociétés peuvent aussi commander leur carte de paiement Veritas, tout comme les personnes physiques. Enfin, à chaque arrêt essence réglé avec la carte, une formule de cashback permet de récupérer un peu d’argent sur les transactions.

Les questions sur la carte Veritas

Se passer d’une banque apporte forcément son lot d’interrogations. Rappelons que la carte Veritas est une prépayée et qu’à ce titre ce n’est pas une carte de crédit puisqu’il n’y a pas de compte bancaire qui y est associée. Prenons le plafond de la CB par exemple. On peut parfois être limité, et vouloir l’augmenter. Pour cela, il faut contacter le service technique et envoyer par mail des documents prouvant son identité ainsi que son lieu de domicile. Il est ainsi possible de dépasser le plafond de paiement fixé à 2500 euros.

Comme toute CB classique, on peut payer chez les commerçants avec et même l’enregistrer sur son compte Paypal. Par an, elle coûte moins de 30 euros. Attention : à partir de la commande, il faut attendre au moins 10 jours pour recevoir sa carte Veritas. Pour les amateurs de gadgets, il est possible de la personnaliser.

Nouveau : IBAN disponible

Avoir un IBAN sans avoir de compte bancaire, c’est vraiment une révolution. Dès qu’on commande une carte Veritas, on reçoit l’IBAN allant avec. Le gros avantages de celui-ci, c’est de pouvoir faire des virements SEPA partout en Europe. Cette option est gratuite et n’entraîne pas de frais supplémentaires. Avoir son propre IBAN n’a donc rien de compliqué. L’argent reçu par virement est très rapidement disponible sur sa carte de paiement. Rappelons que c’est un peu la même chose qu’un RIB, mais au niveau mondial. Les prélèvements automatiques sont aussi possible. D’ailleurs, certains prestataires l’exigent pour envoyer de l’argent. Pour ceux qui travaillent, on peut aussi grâce à ce numéro reçevoir sa paye.

Le cash passeport travelex : une carte prépayée sans frais de retrait


On trouve des agences Travelex dans les grands pays européens, mais surtout en Angleterre. C’est une des seules cartes prépayées ou les retraits DAB + les achats chez les commerçants ne génèrent pas de frais supplémentaires. Il est possible de recharger sa carte en cash dans toutes les agences Travelex. La seule condition étant d’y déposer au moins 200 euros.

Viabuy : attention aux frais de retrait


Une carte prépayée bien pratique, mais qui coûte 5 € à chaque retrait. A utiliser donc avec parcimonie.  Quant aux frais de gestion annuel, ils sont débités une seule fois par an, mais dans leur totalité dès l’ouverture de la carte.

La T24 black, ou comment avoir une platinium prépayée


Voici une carte qui a tout de la célèbre noire : un plafond très élevé, et un service d’assurance optimum. Elle est surtout conseillée pour les clients qui voyagent à l’étranger, surtout aux USA, car les frais pour les transactions eu euros sont importants (il est aussi conseillé de savoir parler anglais avant de contacter le service client). Le coût d’achat est très élevé : 240 USD + 15 USD de frais de gestion chaque mois, à partir du treizième mois.

La carte Neocash gold : pour une prépayée de proximité


On la trouve presque partout en France dans les bureaux de tabac et dans les maisons de la presse. Elle se recharge par coupons achetés dans ces mêmes endroits, avec un coût de chargement en espèces pouvant aller jusqu’à 10% (mieux vaut préférer le paiement par virement, plus rentable).

La PCS premium de Mastercard


C’est une carte qu’on peut acheter sur Internet ou dans les bureaux de tabac, et qui est à charger avec des coupons de 150 euros. Un système de cashback est mis en place pour les paiements chez les commerçants partenaires.

La Veracarte : pour gagner de l’argent si l’or monte


Voici une carte de paiement originale. Elle va de paire avec un compte de dépôt en or physique. On la recharge en achetant de l’or, et son solde dépend donc du cours de l’or, celui-ci pouvant infléchir à la hausse ou à la baisse l’argent dont on dispose. En cas de vente d’or, le solde vient s’ajouter sur sa carte.

C’est assez rare pour le signaler : pas de limite de retrait, et pas de limites de dépense.

La carte regliss


Elle est obligatoirement associée à un compte bancaire. La carte prépayer Regliss permet aux parents qui le souhaitent de contrôler les dépenses de leurs enfants, avec la mise en place du contrôle parental. Elle est réservée aux mineurs et propose un service d’assistance lors des voyages en train avec la SNCF.

Les nouvelles cartes pour 2017


A chaque années ces nouvelles cartes prépayées. Certaines font parler d’elles depuis quelques mois et rencontre un certain succès d’estime.

La CB Anytime

C’est un compte avec une carte associée qui permet de se passer des banques. Le fait d’avoir un RiB rend les virements plus facile, on peut même recevoir son salaire dessus ou les prestations de la CAF. Quant à la CB, c’est une visa internationale, pratique pour faire des achats dans le monde entier (200 pays), payer dans des boutiques, sur le net ou pour retirer des espèces. Anytime vit avec son temps, puisqu’une application performante permet de tout gérer depuis son téléphone portable (téléchargement sur les stores habituels). En cas de soucis, un service client de qualité est joignable aux heures de bureaux.

carte prépayée anytime

L’ouverture du compte est assez simple, et la CB est livrée à domicile. Il faut juste envoyer ses justificatifs (ceux-ci seront vérifiés) Aucune condition de revenu n’est exigé. Par contre, il n’y a pas de découvert autorisé, assez pratique pour qui a du mal à gérer son budget. De la même façon, pas de chéquier (et donc pas de chèque en blanc). Attention : il n’est pas possible d’avoir des prélèvements sur son compte Anytime. En cas de fermeture, pas de frais prélevés.

Combien ça coute ? 27 euros par an, CB comprise. Attention : les retraits aux distributeurs de billets sont payants, 2 euros par transaction.

La carte prépayée CBlib MasterCard

Le système est ici un peu différent, puisqu’il n’y a pas de compte bancaire associé au service. On ne vous demandera pas la preuve que vous êtes solvable, comme on peut le faire pour un prêt personnel. Par contre, il ne sera possible de dépenser que la somme qui a été préalablement chargée. L’avantage de ne pas pouvoir être à découvert, c’est de ne pas avoir d’agios à payer à la fin du mois. Pratique pour les jeunes actifs et pour les familles qui ont des revenus en dent de scie.

La carte prépayée CBlib est acceptée presque partout,  à partir du moment ou le commerçant accepte la carte Mastercard, pareil pour les distributeurs. On peut s’y faire virer sa rémunération, et les aides financières. Pour les paiements à l’étranger, c’est également assez pratique dans le sens où on peut retirer dans les distributeurs. Cela évite de changer des devises dans son pays d’origine. Le petit plus : pouvoir faire cadeau d’une carte CBlib. A vous d’y charger le montant que vous voulez offrir, libre à la personne de la recharger ou non par la suite.

Les cartes de crédit rechargeables ont le vent en poupe, c’est le moins que l’on puisse dire ! Citons aussi la Toneo First, la Vectron Card, la Corpedia prestige et l’Easybuy.