Solarisbank France (Vivid): Avis 2021

Vivid
0€/mois
💳 Visa Métal gratuite
♡ Programme de cashback performant
Voir l'offre ▶

Solarisbank fait de plus en plus parler d’elle en Europe depuis son partenariat avec la banque en ligne Vivid. Ambitieuse et surfant sur la vague du tout numérique, Solarisbank est une société bancaire allemande en pleine expansion.

Qui est Solarisbank ?

Solarisbank AG est une société financière et bancaire allemande, fondée par Finleap. Son siège se situe à Berlin. Elle est titulaire d’une licence bancaire auprès de l’autorité fédérale de supervision financière allemande, la BaFin. Elle ne s’adresse pas directement aux particuliers, mais à des entreprises qui, elles-mêmes, les proposeront.

Solarisbank propose des solutions clé en main à des fintechs dépourvues d’agrément de la part d’autorités de contrôle et souhaitant proposer des services financiers. C’est ce que l’on appelle le Banking-as-a-Service ou BaaS. Elle fournit ainsi une cinquantaine de sociétés en Europe.

Ces solutions touchent des domaines variés : solutions d’identification, comptes bancaires numériques, plateformes de paiement en ligne ou encore cryptomonnaies. Ainsi, lorsque vous souscrivez certains services sur internet, bancaire notamment, il est possible que ce soit Solarisbank qui se trouve derrière, comme c’est le cas pour Vivid Money.



Un actionnariat de poids

Solarisbank a une politique de développement ambitieuse. Ses actionnaires sont nombreux et plusieurs ne nous sont pas inconnus. Il s’agit de Digital Impact Fund, ABN-AMRO, BBVA, finleap, Global Brain, HV Holtzbrinck Ventures, Lakestar, Samsung Catalyst Fund, SBI Group, Storm Ventures, Visa, Vulcan Capital ou encore yabeo Capital.

Elle a levé 190 millions d’euros en 2021, pour un total de plus de 350 millions depuis 2016. Elle pèse 1,4 milliard d’euros.

Une ouverture sur l’Europe

Partie à l’assaut de l’Europe, elle a récemment racheté Contis, une fintech de paiement britannique. Elle s’installe en Italie, en Espagne et bien sûr en France.

Solarisbank prévoit de proposer à ses fintechs partenaires des IBAN locaux. Ce qui résoudra le problème récurrent que rencontrent les clients de banques en ligne étrangères, qui se trouvent en butte à des refus des organismes nationaux, même si c’est une pratique illégale.



Activités

Elle offre aux entreprises clientes un large panel de services, tous personnalisables.

Développement d’API simples

Solarisbank propose à ses clients, quel que soit leur profil, des API (Application Programming Interface) ou interfaces de programmation d’application, faciles d’utilisation. Pour rappel, un API permet la communication de systèmes entre eux, dans le but d’échanger des données.

Pour faire encore plus simple, il s’agit d’un logiciel offrant un panel de services à d’autres logiciels. Solarisbank a lancé une API de courtage en crypto, afin de permettre à ses clients de proposer ce service dans leurs offres.

Une gamme complète de services

  • Solutions d’identification, comme le KYC.
  • Plateforme de paiement.
  • Application de paiement embarquée.
  • Comptes bancaires numériques.
  • Cartes bancaires.
  • Solutions de prêt.

Solarisbank en France

Elle est présente sur le marché français par l’intermédiaire de 3 de ses partenaires : canB, Vivid Money et Helios. Mais elle passe à la vitesse supérieure en ouvrant une succursale dans l’Hexagone.

L’ambition de la fintech est grande. Elle compte s’imposer en tant que la plateforme BaaS leader sur le marché sous-jacent paneuropéen des solutions de finance embarquée. Rien que cela ! Ce qui signifie que, dans les années à venir, lorsque vous aurez recours à une banque ou un service financier en ligne, il sera fort probable qu’elle soit affiliée à Solarisbank, ou figure parmi ses partenaires.


Quel est le lien entre Solarisbank et Vivid Money ?

Sans surprise, Vivid Money a vu le jour en Allemagne. C’est une néobanque 100 % numérique créée par Alexander Emeshev et Artem Yamanov. Elle propose des services bancaires à tous les profils de particuliers et est prisée par les voyageurs pour ses solutions nomades. La souscription s’effectue à partir de l’application de la banque.

Sa particularité tient dans le fait qu’elle ne dispose d’aucune licence bancaire en nom propre. C’est-à-dire qu’à titre individuel, elle ne serait pas autorisée à fournir des services bancaires. Pour disposer des autorisations et des fonds de garantie nécessaires, elle s’est donc associée à Solarisbank.

C’est cette dernière qui lui fournit toutes les garanties. Dans le cadre du système allemand de garantie des dépôts (DGS), les fonds de ses clients sont protégés à hauteur de 100 000 €, leur assurant ainsi une parfaite sécurité.

De ce fait, Vivid Money est en mesure de proposer à ses clients des services bancaires complets :

  • Comptes courants tout-en-un.
  • Cartes bancaires.
  • Cashback.
  • Investissement action et crypto.


Les concurrents de Solarisbank en France : Finleap, Treezor et Arkéa Banking Services

Solarisbank n’est pas le seul organisme à se faire une solide place sur le marché des plateformes électroniques de BaaS. D’autres entités, parmi lesquelles certaines sont 100 % françaises, lui font face.

Finleap

Finleap se définit comme un écosystème de fintechs. Fondée à Berlin en Allemagne, cette plateforme de BaaS est, pour rappel, créatrice de Solarisbank. Elle a d’ailleurs toujours été l’un de ses principaux financeurs. Elle s’étend en Europe : Italie, Espagne, France et bientôt Pologne voient s’implanter la société qui évolue dans les mêmes sphères que Solarisbank. Parmi les fintechs poussées par la plateforme figurent Elinvar, Penta ou encore BillFront pour ne citer qu’elles.

Finleap a lancé une application de banque mobile en marque blanche, mise à la disposition de quelque entreprise que ce soit, qui pourra y apposer sa propre marque.

Treezor

En France, Treezor possède un atout de poids par rapport à ses concurrentes : elle est d’origine nationale. De quoi séduire les fintechs françaises.

Créée par Éric Lassus et Xavier Labouret, cette plateforme de BaaS a été intégrée au groupe Société Générale après son rachat. Treezor est agréée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Elle aussi a des visées internationales, son ambition étant de se placer en tête du marché européen dans son domaine. On peut dire qu’elle est dans le bon timing, avec 31 pays couverts et plus de 80 clients parmi lesquels des néobanques, des marketplaces et des néobanques professionnelles.

Parmi les fintechs qu’elle a accompagnées figure Shine, qui obtient son agrément auprès de l’ACPR. Malgré cela, Treezor reste l’un de ses partenaires technologiques. Lydia Solutions, Libeo et Qonto figurent également dans son portefeuille.

Treezor affiche des valeurs éthiques et durables, proposant ses services d’accompagnement à ses clients, pour une gestion optimisée des ressources de la planète. Cela, par la mesure des impacts sur le climat.

Arkéa Banking Services

Arkéa Banking Service, filiale du groupe coopératif Crédit Mutuel Arkéa. Elle offre un très large éventail de services sur mesure aux fintechs et établissements bancaires, notamment :

  • Prestations bancaires en marque blanche.
  • Mutualisation de solutions informatiques.
  • Service de middle-office BtoB.
  • Back-office centralisé.

De la digitalisation des services bancaires aux moyens de paiement, en passant par les solutions de crédit et le raccordement aux plateformes interbancaires, Arkéa Banking Services offre aux entreprises les outils nécessaires pour proposer des services financiers complets à leur nom.

Ceux-ci peuvent être des établissements bancaires ou de paiement, des mutuelles, des compagnies d’assurance, des acteurs de la grande distribution ou encore des opérateurs télécoms. Parmi ses clients, on compte Allianz Banque, Système U, La Banque Postale, Brink’s France et Adyen notamment. Axa a ainsi transféré chez ABS la gestion de ses activités informatiques et une partie de son back-office.


Que penser de ces sociétés de Banking Services ? Notre avis

Elles offrent toutes des services et un accompagnement relativement similaires. Elles paraissent présenter de solides garanties et sont entrées dans notre quotidien en back-office c’est-à-dire, à notre insu. Des assurances, des banques en ligne ou encore des chaînes de magasins renommés ont recours à elles.

Par ailleurs, elles ont été fondées et sont basées dans 2 pays sûrs que sont l’Allemagne et la France. Certaines sont adossées à de grands groupes. Treezor faisant partie intégrante du groupe Société Générale et Arkéa de celui du Crédit Mutuel et plus spécifiquement de la branche Société Générale Arkéa.

S’il y a eu quelques dissensions entre Société Générale Arkéa et Arkéa Banking Service, tout semble se remettre peu à peu en place. En effet, cette dernière avait tendance à prendre un peu trop d’indépendance aux yeux de la Société Générale. Ce sont les autorités financières qui ont tranché, en la lui refusant.

Quant à Fineleap et Solarisbank, elles sont historiquement liées comme nous l’avons vu, même si elles ont à présent leur indépendance et leur identité propre.

Peut-on confier son argent aux clients de ces sociétés ?

Il semble que confier vos fonds à leurs filiales ou partenaires bancaires ne vous expose à aucun risque particulier. Pas plus que d’effectuer des opérations financières. Le but étant qu’ils bénéficient tous d’un agrément de la part d’une autorité de régulation. Ce qui garantit vos fonds à hauteur de 100 000 € en cas de faillite et vous permet d’effectuer des recours en cas de litiges.

Ce sont des sociétés solides et en pleine expansion.