Trader & Courtier en Bourse: Salaire 2021

Quels sont les salaires 2021 des traders dans les principaux centres financiers du monde et pourquoi sont-ils très élevés ? Consultez ce guide pour le savoir.

Le meilleur courtier pour trader en bourse

DEGIRO
➡ Courtier récompensé
➡ Tarifs bas
Voir l'offre ▶

Le salaire d’un trader

Un trader achète et vend des instruments financiers, pour son propre compte ou pour le compte d’une autre personne ou d’une institution financière. Les instruments en question peuvent être des actions, obligations, ETF, produits dérivés, etc.

L’objectif consiste à rechercher des titres, afin de les acheter au meilleur prix et de les revendre par la suite à un prix plus élevé. Le trader choisira donc le moment propice pour vendre et dégager une plus-value.

Son salaire dépend de ses compétences et de sa localisation géographique. Voici le salaire moyen d’un trader dans les principales places boursières mondiales.



Salaire d’un trader à Paris

Selon le courtier en ligne Admiral Markets, un trader à Paris gagne en moyenne 70 000 € par an, sans compter les primes et les bonus, qui peuvent représenter jusqu’à 8 fois son salaire.

Salaire d’un trader à Londres 

Londres est une place financière de taille. Le salaire d’un trader à la City se situe entre 30 000 € et 60 000 € par an, hors primes et bonus. Ces derniers pouvant atteindre plus d’une centaine de milliers d’euros par an.

Salaire d’un trader à Luxembourg 

Le salaire moyen d’un trader au Luxembourg tourne autour de 81 000 €, selon le site de Glassdoor.ch.

Salaire d’un trader en Suisse

Les traders suisses sont parmi les mieux payés au monde, avec un salaire médian de 120 000 € par an. Les traders les plus expérimentés gagnent autour de 155 000 €.

Salaire d’un trader à Wall Street

La première place boursière au monde suscite rêve et fascination. Pourtant, les traders à New York n’ont pas les plus gros salaires du monde. Un trader débutant perçoit en moyenne 75 800 € par an, tandis qu’un trader expérimenté gagne en moyenne 106 000 € par an.

Salaire d’un trader à Hong Kong

Hong Kong est considéré comme la principale place financière de l’Asie. Les traders y gagnent en moyenne 86 200 € par an, hors primes et bonus.

Salaire d’un trader au Maroc

Au Maroc, les traders perçoivent entre 10 800 et 15 600 € par an, hors primes et bonus. C’est un salaire élevé dans ce pays, sachant que le revenu moyen par habitant est de 2 600 € par an.

Salaire d’un trader à Dubaï

À Dubaï, un trader gagne environ 98 000 € par an. Les bonus peuvent atteindre des millions de dollars dans ce pays du Golfe.

Vidéo: les avantages de trader depuis Dubaï


Salaire d’un trader dans une grande banque

Le salaire d’un trader varie en fonction du prestige et de la notoriété de l’institution financière pour laquelle il travaille. Goldman Sachs et BNP Paribas font partie des groupes qui rémunèrent le mieux leurs traders.

➡ Goldman Sachs : un trader empoche un salaire moyen annuel de 90 000 €, selon le site de Glassdoor. Les bonus peuvent représenter plusieurs millions d’euros par an.

➡ BNP Paribas : leurs traders gagnent en moyenne 291 000 € par an, avec des bonus pouvant dépasser le million d’euros pour les principaux traders.

La révolution technologique a considérablement impacté le métier de trader. Par exemple, Goldman Sachs, en l’espace de 16 ans, a décidé de remplacer 600 traders par 200 ingénieurs, un choix qui s’avère plus rentable pour le géant de la finance en matière de coût et d’efficience. Et pour cause, 1 ingénieur en informatique suffit à effectuer la tâche de 4 traders, grâce à l’automatisation.

C’est un fait, le métier de trader est de plus en plus évincé au sein des banques d’investissement, au profit de l’automatisation.



Pourquoi les bonus ?

On peut avoir tendance à envier les traders pour les bonus qu’ils touchent, qui peuvent faire plusieurs fois leur salaire et atteindre plusieurs millions d’euros sur un an. Pourquoi perçoivent-ils des bonus aussi élevés ?

Le bonus est souvent lié à la performance du trader. Les institutions les récompensent pour leur bon travail et c’est aussi pour les encourager. Il faut cependant se rappeler qu’ils peuvent gérer de fortes sommes pour leur institution financière et dégager pour elle des dizaines de millions d’euros de plus-values sur l’année. Le bonus est donc juste une petite partie des gains réalisés pour le compte de leur employeur.


Cet article pourrait aussi vous intéresser : comment monter sa propre station de trading ?


Maintenant que vous avez un aperçu de ce que gagnent en moyenne les traders, voyons le style de trading le plus convoité.

Comment un courtier en bourse gagne sa vie ?

Un courtier, ou broker en anglais, est aussi un acteur clé de la bourse. Le courtier peut être une personne physique exerçant son activité individuellement, ou être une personne morale, comme un cabinet.

Le courtier joue le rôle d’intermédiaire entre les différents acteurs des marchés financiers, souvent entre acheteurs et vendeurs d’instruments financiers. C’est fréquemment grâce à un courtier que l’on trouve une contrepartie pour pouvoir mener à bien une transaction en bourse.

Un trader est donc en droit de faire appel à un courtier en bourse, afin d’acheter ou de vendre des actifs financiers sur différents marchés. Cependant, le courtier peut éventuellement passer des ordres pour le compte de ses clients, à travers des services supplémentaires.

Tandis qu’un trader essaie de dégager une plus-value qui dépend de la fluctuation de prix des instruments qu’il négocie, le courtier se rémunère souvent par le biais des commissions facturées aux traders pour leurs différentes opérations.

Comment un courtier en bourse se rémunère-t-il ?

La première source de revenus d’un courtier provient des commissions facturées aux traders, sur les différentes opérations passées en bourse. La commission est souvent variable et fonction de la taille de position.

Le courtier peut aussi facturer le spread, qui est la différence entre le prix d’achat et le prix de vente d’un instrument financier. Pour chaque position, le courtier gagnera cette différence, multipliée par le nombre de titres achetés.

Les courtiers en ligne peuvent également proposer d’autres services à leurs clients, ou traders : accès à des outils d’analyse avancés, accès à des plateformes de trading tierces, des conseils en investissement, etc.

Formation et études pour devenir courtier en bourse

Le courtage en valeurs mobilières nécessite d’être à l’aise avec les chiffres et d’avoir une connaissance parfaite des marchés. Un parcours scolaire rigoureux augmente considérablement vos chances de réussite.

En premier cycle, il est intéressant d’être diplômé en mathématiques, en économie, en comptabilité, en finance ou en gestion commerciale, auprès d’une école de commerce. Les écoles de commerce de France sont réputées dans le monde entier.

Il convient ensuite de trouver un stage, auprès d’une institution financière comme un cabinet de courtage. Certaines d’entre elles embauchent des stagiaires nouvellement diplômés, ou qui terminent leur dernière année universitaire. Cette institution sera le point de départ de votre carrière.

En étant plus tard salarié dans un cabinet de courtage, vous bénéficierez des conseils de seniors. Au fil des années, vous apprendrez à gérer plusieurs profils de clients, individuels ou institutionnels.


Le day trading

Le day trading consiste à faire des opérations boursières à court terme. Un day trader va souvent clôturer dans la même journée ses positions ouvertes. Ainsi, il réduit son exposition aux marchés.

Le day trading est une activité difficile. En effet, 90 % des day traders perdent de l’argent à long terme. Paradoxalement, c’est le style de trading préféré des traders particuliers.

Combien gagne un day trader ?

Plusieurs facteurs peuvent influencer le potentiel gain du day trader. Les day traders travaillant dans une institution ne risquent pas leur propre argent et peuvent avoir les salaires évoqués plus haut.

Les revenus d’un day trader indépendant sont en revanche étroitement liés à son capital et ses performances. Les revenus d’un trader ayant un capital de 5 000 € seront bien inférieurs à ceux d’un day trader disposant de 50 000 €.


Pourquoi les traders professionnels utilisent-ils DEGIRO ?

DEGIRO est un courtier en ligne très populaire auprès des traders professionnels. Ayant débuté ses activités aux Pays-Bas, il est actuellement l’un des courtiers les plus populaires au monde.

Un courtier régulé

DEGIRO garantit la sécurité des fonds et titres de ses clients, comme l’exigent ses différents régulateurs que sont l’Autorité néerlandaise des marchés financiers (AFM) et la Banque centrale néerlandaise (DNB). Les traders professionnels s’y sentent en sécurité, même avec des capitaux conséquents.

Tarifs moins chers

Il n’y a pas de frais d’ouverture de compte et l’accès aux outils d’analyse est gratuit. DEGIRO est, en outre, connu pour ses faibles commissions sur la négociation d’actions. Pour un ordre de 100 euros à la bourse de Paris, vous ne payez qu’une commission de 0,04 €.

Voir l'offre ▶


L’avis de Meilleure-banque.com

Les métiers de la finance fascinent, du fait de la concurrence dans le milieu et des forts salaires des employés d’institutions financières. Dans ce guide, nous nous sommes penchés sur les métiers des principaux acteurs de la bourse, à savoir les traders et les courtiers.

Le secteur de la finance attise les convoitises en raison du salaire élevé perçu par ses acteurs. Les revenus moyens annuels gagnés par les traders ne peuvent être évalués globalement, à cause des bonus qui peuvent être très variables et bien supérieurs à leur salaire.