Compte bancaire piraté: que faire, quels recours et comment l’éviter ?

C’est le revers de la médaille de la technologie : les pirates sont de plus en plus ingénieux, et on ne compte plus autour de soi les gens qui ce sont fait pirater leur compte bancaire. Et cela peut avoir des conséquences graves, surtout en l’absence de réaction de votre part. En cas de fraude sur votre compte bancaire, il faut agir vite pour faire jouer vos recours dans les délais. Il s’agit ici de la réaction. Mais en prenant certaines précautions, on peut aussi tout faire pour éviter que cela arrive, on parlera alors d’être dans l’action.

Que faire si son compte a été piraté


Les techniques des pirates sont nombreuses : piratage du code de votre CB pour retirer de l’argent dans les distributeurs, fraude sur le net, vol du code confidentiel, de ses coordonnées bancaires, du numéro de compte…

Pour éviter que la banque facture des frais injustes, puisque vous n’êtes pas responsable du piratage et que l’on ne peut pas vivre sans compte en banque, voici commet vous devez vous comporter. Eviter d’abord tout effet de panique, en vérifiant votre compte et les opérations que vous pensez ne pas être de votre fait.

Un simple coup de fil à votre service client permet de vérifier à qui a été fait le paiement incriminé. Tout le monde peut faire des erreurs, vous le premier. Demandez aussi à vos enfants ou à votre conjoint s’ils n’ont pas utilisé votre carte bancaire, pour régler des achats sur Internet par exemple.

Ce que vous devez faire en cas de piratage CB

Premier réflexe : je fais opposition à ma CB, si possible en allant voir directement le conseiller responsable de mon compte. Si vous êtes un peu loin, vous pouvez demander un blocage par téléphone, mais celui-ci ne se fera que si vous avez perdu ou que si on vous a volé votre carte bleue. Si il n’y avait qu’un seul numéro à retenir, ce serait celui-ci, puisqu’il est commun à toutes les banques et accessible H24 : 0825 39 39 39.

Attention : pour pouvoir se faire rembourser les sommes tirées frauduleusement, il faut agir dans les 2 jours après le larcin. Nous vous recommandons donc de consulter vos opérations bancaires régulièrement.

Et en cas de malversation sur son compte

La première chose à faire, c’est de bien regarder ses comptes, fréquemment, et de chercher l’origine de toute opération qui peut sembler inconnue. Reprenez vos talons de chèques, vos tickets CB et vos ordres de prélèvement et comparez. Si vous ne trouvez pas la trace de l’opération qui vous inquiète, il faut la contester, car un piratage est possible.

Le geste de « premier secours », si on peut l’appeler ainsi, est de prévenir sa banque, d’abord au téléphone, pour éviter que d’autres opérations non désirées viennent s’ajouter à celle qui est l’objet du litige. Dans un deuxième temps, il faut lui envoyer une lettre recommandée AR pour contester formellement le débit et demander son remboursement.

Si la loi dit que vous avez 13 mois pour le faire, il ne faut pas attendre le dégel

Car comme le dit l’adage, le temps c’est de l’argent. Parfois, au bout de quelques mois, les banques trainent pour rembourser au motif que le délai est écoulé. Mais si la contestation intervient avant 13 mois, elles sont tout de même obligées de s’y plier. Attention : le délai est ramené à 120 jours pour tous les paiements hors de l’UE.

Autres motifs d’enquiquinements qui peuvent nuirent à un remboursement rapide : le dépôt de plainte et la négligence. Porter plainte n’est pas obligatoire, pourtant certaines banques insisteront sur ce fait pour recréditer le compte. D’ailleurs, on ne les enregistre même plus dans les commissariats. Elles peuvent aussi considérer que le client est responsable de sa mésaventure pour ne pas rembourser, mais devront en apporter la preuve.

Porter plainte et se faire rembourser


C’est la deuxième étape, et elle se passe à la police ou vous déposerez une main courante (n’oubliez pas vos papiers d’identité afin de ne pas vous déplacer pour rien). Le commissariat vous remettra un document, preuve de votre plainte qu’il faudra joindre à votre demande de remboursement auprès de votre banque.


A lire : les logiciels pour mieux gérer ses comptes.


Ensuite, il faut rédiger un courrier de demande de remboursement à sa banque en expliquant ce qu’il s’est passé sur le compte, en joignant la copie de votre main courante, les relevés bancaires où sont surlignés les opérations contestées, le numéro de votre CB avec sa date d’expiration. Sachez que le remboursement peut prendre un peu de temps, et la patience étant la mère de toute vertu, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Les recours

Sachez qu’en tant que consommateur, vous êtes protégé contre les escrocs, et qu’il est simple de faire opposition à une utilisation frauduleuse de votre compte bancaire. Si vous la contestez, et que vous réclamez un remboursement par écrit, la banque le fera dans les 30 jours qui suivent, frais bancaires tels que les découverts et l’opposition compris.

Toutefois, il se peut qu’une certaine somme reste à votre charge, si vous avez été gravement négligeant ou si l’opposition est arrivée après des délais hors normes.

Comment éviter un piratage


éviter de se faire piraterLe mieux est encore d’éviter de se faire piéger : pas de découvert, de procédures administratives et de courrier à faire à sa banque. Voici des comportements simples, qui peuvent vous éviter de vous retrouver dans cette situation déplaisante. Ne jamais entrer vos identifiants bancaires ailleurs que sur le site sécurisée de votre banque. Celle-ci ne vous enverra jamais un mail vous demandant de changer votre mot de passe après avoir cliqué sur un lien.

C’est une technique habituelle d’escrocs, méfiez-vous en, surtout s’il y a des fautes d’orthographes ou de grammaires dans le message. Pour vos achats sur Internet, n’utilisez que des sites dans lesquels vous avez confiance, surtout si vous utilisez une autre connexion web que celle de votre domicile.

Elles peuvent ne pas être sécurisées et sont donc une porte ouverte à la malveillance.  Changez de mot de passe pour chaque site, en privilégiant les mots de passe compliqués, qui mixent chiffres, majuscules et minuscules, ainsi que de la ponctuation (8 caractères au moins). Laissez tomber votre date de naissance ou le prénom de votre chien.

Changer son comportement

Il y a des comportements de bon sens à adopter, comme avoir un anti-virus mis à jour sur son ordinateur et de changer de mot de passe fréquemment. Un autre fléau qui court sur le web est le phishing, qui consiste à l’installation d’un logiciel espion via un lien de téléchargement infecté.

Parfois, toutes les données personnelles d’une personne sont également récupérées à l’aide d’un faux mail censé provenir d’une société ou d’une banque qui a pignon sur rue. Une fois ces données volées, les pirates peuvent s’en servir pour débiter votre compte bancaire à votre insu. On peut toutefois s’en protéger par une étude approfondie du courriel reçu.

Comment se prémunir des hackers

Il faut réapprendre à lire entièrement ses e-mails, et non pas à les survoler et à cliquer bêtement. Une règle d’or : ne rien faire à chaud, surtout si on a des doutes et ne pas se laisser impressionner par la teneur parfois alarmiste du message.

  1. Avoir un filtre anti-spam sur sa messagerie.
  2. Prévenir sa banque en cas de faux mail détecté, où appeler son conseiller (pas avec le numéro de téléphone fourni dans le message SVP) pour en vérifier la véracité.
  3. Ne cliquez sur aucuns liens.

Comment reconnaître les faux messages

  1. Une banque ne vous demandera jamais de saisir votre identifiant et votre mot de passe par un message Internet.
  2. Il y a souvent des fautes d’orthographe et de grammaire flagrantes.
  3. Jetez un coup d’oeil à l’URL. Il doit y avoir un petit cadenas informant sur le cryptage de la saisie à côté des 3 W.
  4. L’adresse de l’émetteur est souvent assez longue, et il y a autre chose que le nom de la société dans celle-ci.

Piratage, phishing: que dit la loi ?

Avec cette nouvelle criminalité, la loi a du s’adapter très vite, et ce n’est pas toujours évident, les escrocs ayant en la matière toujours un temps d’avance. Ce qui est certain en revanche, c’est que si vous êtes une victime avérée, la banque doit vous rembourser, même si elle n’est pas très pressée de passer à la caisse.

Elle doit recréditer votre compte de dépôt au centime près Code monétaire et financier (article L 133-18 du code monétaire et financier), et il n’est pas nécessaire d’avoir souscrit une assurance sur ses moyens de paiement pour cela. Mais il y a fort à parier que la procédure va durer un peu, il faudra donc prendre votre mal en patience, parfois jusqu’à 3 mois. C’est pour cela, pour gagner un peu de temps, qu’il faut intervenir au plus tôt. Tous les frais de gestion éventuels doivent également être remboursés.

remboursement phishing

Si vraiment la procédure avec votre banque se passe mal, vous pouvez toujours vous adresser à l’Association française des usagers des banques. L’AFUB vous donnera tous les renseignements nécessaires.

Les fraudes sont de plus en plus nombreuses, et chacun d’entre nous peut y être confronté un jour. Si cela vous arrivait, soyez réactif et tout devrait rentrer rapidement dans l’ordre.