Carte bancaire muette, bloquée ou avalée par le distributeur: solutions et astuces

Difficile de nos jours de pouvoir vivre sans carte bancaire. Toutes les banques françaises en proposent une : LCL, Crédit Agricole, La Banque Postale, la Caisse d’Épargne, Banque Populaire, CIC, BNP… Et si l’une d’entre elles vous la refuse, il est toujours possible d’opter pour une carte prépayée. Reste que parfois, ces petits morceaux de plastiques à puces nous donnent bien du souci : piratage de compte bancaire, carte bleue avalée, carte muette, erreur de code… A suivre, nos astuces et solutions pour ne pas paniquer sans raison quand il se passe un fait désagréable avec sa CB.

Pourquoi ma carte bancaire est-elle muette ?


Il est bon de fournir quelques explications à ceux et celles qui ne comprennent pas pourquoi parfois, la caissière du supermarché doit nettoyer la carte sur son jeans et le frotter pour qu’elle puisse être reconnue par sa machine. Mais que veut dire « carte muette » ? Sa signification n’a rien à voir avec son impossibilité de parler, mais porte plutôt sur son impossibilité à être lue par le lecteur dans lequel elle est insérer.

Alors comment faire pour éviter de devoir la récupérer sans même avoir pu faire son code ? Car la situation n’a rien d’agréable au moment de passer à la caisse, surtout s’il y a la queue derrière. Il faut recommencer, et si rien n’est fait pour changer les choses, généralement, le résultat est le même : carte muette !

Mais une CB illisible n’est pas une fatalité

Généralement, une simple manipulation suffit pour la rendre à nouveau très loquace, nous en détaillerons les modalités un peu plus loin. Reste qu’il se peut que votre moyen de paiement ne soit en rien responsable de ce qui vous arrive. Parfois, la machine du commerçant, appelée TPE , est la coupable, du fait d’une mise à jour non faite ou d’un problème technique.

Il se peut aussi que vous n’ayez pas poussé assez fort sur votre carte, un nouvel essai n’est donc pas de trop. C’est quand le message d’erreur se répète, chez plusieurs commerçants, qu’il faut passer à l’étape supérieure.

Les raisons d’une CB muette

Elles ne sont pas si nombreuses que cela, donc nous allons vite en faire le tour.

L’usure

Même si celles-ci ont des dates d’expirations qui font qu’elles sont changées régulièrement, il se peut qu’une carte en fin de vie soit suffisamment usée pour faire des siennes chez les commerçants. Cette usure est normale, est votre banque vous la remplacera très vite si tel est le cas.

C’est que ces petites choses là n’en ont pas l’air mais elles sont fragiles, et souvent malmenées dans la poche arrière de leur propriétaire ou dans les sacs à mains de ses dames. N’oublions pas qu’elles ne sont pas en titane, mais en plastique ! Toutefois, le composant le plus important reste la puce électronique, et en deuxième position la bande magnétique.

Ce sont donc ces deux éléments qu’il faut protéger becs et ongles. En cas de souci, il faut vérifier que rien ne peut venir altérer leur fonctionnement, comme une griffure par exemple.

Le renouvellement

Nous avons évoqué la date d’expiration qui se trouve sur toutes les cartes bancaires de France et de Navarre. Tous les 4 ans en moyenne, la banque envoie à son client automatiquement une nouvelle carte.

Il arrive qu’on ne l’actionne pas toujours, par flemmardise ou par oubli et que donc ce soit l’ancienne qui continue à fonctionner, même avec une date de péremption dépassée. Sauf qu’un jour, le fameux message carte muette apparaitra. Si vous êtes dans ce cas, il suffit de sortir la nouvelle, ou d’aller la chercher à la maison pour résoudre cette histoire.

Bon à savoir : pour actionner une nouvelle CB, certaines banques exigent de commencer par faire en retrait au distributeur avant de pouvoir s’en servir chez les commerçants ou sur le net.

Des problèmes d’argent

Ils sont de deux ordres : une autorisation de découvert dépassée, ou bien un dépassement du plafond de paiement autorisé. Pour régler la première, et bien il faut remettre des sous sur son compte, rien d’anormal à cela.

Pour le problème numéro 2, c’est un peu plus compliqué, dans le sens ou il faut soit atteindre plusieurs jours glissants pour entrer de nouveau dans la limite de son autorisation, soit contacter son conseiller pour qu’il augmente celle-ci, même de manière éphémère afin de pouvoir faire face à des dépenses que vous ne pouvez remettre à plus tard. Encore faut-il arriver à joindre quelqu’un, heureusement, les centre d’appels restent ouverts assez tard.

Comment s’en sortir ?

que faire avec une carte muetteA chaque problème, sa solution. Il n’y a rien de plus triste qu’un client qui repart dépité avec sa carte muette sous le bras. La première chose a faire, avant de crier au loup, de se rouler par terre et de se désespérer est donc de faire une deuxième tentative en gardant son calme, et en évitant d’invectiver le commerçant qui n’y est pour pas grand chose, cela ne fera pas avancer la charrue.

Avant de la remettre dans le terminal de paiement, frottez la fermement sur votre pantalon. Parfois, un peu de poussière peut la rendre capricieuse et ce simple geste suffit à la débloquer. C’est rapide, quelques secondes, et ça résout les soucis d’au moins 1 carte muette sur deux.

Si rien n’y fait, il faut joindre son conseiller en lui expliquant la situation. Celui-ci va tout de suite voir s’il y a, ou non, un problème sur le compte. Dans le cas ou rien n’empêche la CB de fonctionner normalement, il vous en commandera une nouvelle. Par contre, il faudra attendre quelques jours pour la livraison, celles-ci pouvant différer selon les banques et leur rapidité. En tout cas, difficile de la réceptionner dans sa boite aux lettres avant au moins 1 semaine.

Et comme mieux vaut prévenir que guérir, en prendre soin au quotidien, en la rangeant dans un portefeuille ou dans un étui peut éviter les quelques désagréments liés à l’usure. Si vous n’avez pas d’étui, demandez en un à votre conseiller lors de votre prochaine visite, ils en ont toujours en principe même si les goodies ont tendance à se raréfier.

Carte avalée par le distributeur


3 codes faux et le tour est joué. Elle reste dans le distributeur de billets et vous aurez beau implorer la machine qu’elle vous la rende, rien ni fera. Le problème n’est pas top de se la faire avaler, mais bien de savoir comment la récupérer. Car l’erreur de code, multipliée par 3 est fatale.

La CB est avalée, immédiatement après la saisie du troisième mauvais code. De plus, non content de l’éloignée de vous, la banque désactive la puce dans la foulée, et ceci pour lutter contre la fraude. On peut en effet légitimement penser que vous vous l’êtes fait voler et qu’un individu tente de piller vos économies. Sauf que pour beaucoup de gens, la mémoire leur joue des tours, et qu’une fois devant le distributeur, impossible de se rappeler le code.

Dans le doute, il vaut mieux s’abstenir d’aller retirer de l’argent. Attention : la règle est la même pour un paiement chez un commerçant. En cas de 3 code faux, il ne sera plus possible de se servir de sa carte, et ce tant que la banque ne vous en aura pas envoyé une nouvelle.

Veillez également à ne pas l’oublier dans la machine une fois l’argent retirée. Il faut reprendre sa carte, sinon le distributeur va également l’avaler. Il faut vraiment être étourdi pour que cela arrive, car un bip sonore strident est émis par l’appareil.

Comment la récupérer ?

Toutes les situations ne nécessitent pas la mise en place des mêmes solutions. Mais si cette mésaventure vous arrive, il faut contacter votre banque. Souvent, sur les distributeurs, il y a des numéros dédiés.

Avec un peu de chance, votre carte sera resté dans un appareil appartenant à votre banque. Dans ce cas là, vous pourrez gagner du temps et la récupérer sauf si une nouvelle a été demandée entre-temps. Une mise en opposition elle, est rédhibitoire. Elle nécessite la fabrication et la livraison d’une nouvelle CB, au mieux sous 5 jours ouvrés.

Carte avalée mais code bon


Là, nous sommes dans un cas atypique. Afin de ne pas prendre de risques, il faut faire opposition immédiatement. Dans le meilleur des cas, il s’agit d’une panne du distributeur, il n’y a donc pas péril en la demeure, mais impossible d’en être certain. Les problèmes techniques ne sont pas monnaie courante, mais ils peuvent arriver.

Dans le pire, c’est une escroquerie visant par un stratagème quelconque à récupérer l’objet, votre code et à vous dépouiller par la suite. Il n’y a donc pas à tergiverser, et l’opposition immédiate est vivement conseillée. L’imagination des escrocs est sans limites et ils inventent sans cesse de nouvelles techniques pour bloquer la carte et s’en saisir à l’insu de son détenteur.

Dans le même style, attention au bon samaritain qui propose de vous prêter main forte. C’est triste à dire, mais il se peut qu’il soit complice, donc refuser toute aide, faites opposition et adressez vous de suite à votre banque.

Et si cela arrive à l’étranger ?

carte avaléeUne carte avalée dans un pays qui n’est pas le sien, c’est quand même un peu plus problématique, et c’est le genre de mésaventure qui peut venir gâcher les vacances, d’où la nécessite d’en avoir plusieurs sur vous (comptes différents) quand vous voyagez.

Et si en plus, vous ne parlez pas l’anglais ou la langue du pays hôte, les choses vont se compliquer encore plus. De toute façon, vous ne pourrez pas la récupérer et vous devrez attendre votre retour en France pour en avoir une nouvelle.

Malgré les difficultés rencontrées, il est important de pouvoir faire opposition. En France, il y a un numéro spécial du serveur interbancaire, qui est le 0 892 705 705 (0,34€ par minute). On peut y trouver de l’aide tous les jours, du matin au soir.

De l’étranger, s’il n’est pas possible de le composer il y a forcément des équivalents. Regardez bien sur le distributeur, il doit y avoir un numéro d’inscrit. Mais votre démarche ne s’arrête pas là. Il faudra par la suite confirmer cette mise en opposition par courrier.

Au péage : cela peut arriver aussi

C’est le genre de situation qu’on ne souhaite à personne. Imaginez un retour de vacances, et la longue file de voitures qui attend au péage. C’est votre tour, mais au moment de payer, la machine avale la carte. Ce n’est pas de votre faute, car on ne saisit plus son code au péage, mais celle de la machine. Et puis si votre compte est vide, elle doit en principe vous la rendre avec le message « paiement impossible ».

Pour les voitures qui sont engagées derrière vous, c’est la loose intégrale puisqu’elle ne peuvent pas faire marche arrière, elles devront attendre qu’on vienne vous débloquer. Car si la carte ne ressort pas, vous ne pouvez pas payer en espèces et partir, vous devez la récupérer !

Heureusement, il y a des employés aux péages qui sont chargés de débloquer ce genre de situations, et assez vite pour ne pas créer des files interminables de voitures qui attendent.

Problème : si cela arrive la nuit et dans un petit péage de campagne, il n’y a pas toujours quelqu’un pour vous permettre de récupérer votre carte dans la petite poubelle affectée à cet effet dans la machine. Si vous vous trouvez dans la situation de ne pouvoir la récupérer et que vous devez partir, ils la renverront à votre banque le lendemain, en principe.

Besoin d’une carte rapidement : le compte nickel


La banque ne veut pas vous donner une carte bleue ? Qu’à cela ne tienne. Descendez au bureau de tabac et ouvrez un compte nickel avec la carte associée : en 5 mins c’est possible! Comment ça marche ? Il faut avoir avec soi son téléphone portable, une pièce d’identité et 20 euros pour ouvrir le compte et récupérer une carte nickel Mastercard.

Attention : le buraliste doit être équipé d’une borne Nickel (ils ne le sont pas tous). Il lui faut quelque minutes pour valider votre dossier, ouvrir votre compte et vous remettre la Mastercard. Celle-ci est activée dans la foulée et vous pouvez vous en servir.

Par rapport à un compte en banque classique, il n’est pas nécessaire de justifier d’un revenu minimum. Il faut juste être majeur et habiter en France. L’avantage, c’est que grâce au compte Nickel, on peut effectuer toutes les opérations classiques comme retirer du cash chez un buraliste et payer avec sa carte tant qu’on a de l’argent sur ce compte. Attention : les montants sont limités.