Courtier ou banque en direct : que choisir pour son prêt immobilier ?

Obtenir un prêt immobilier, même avec de solides garanties n’est pas toujours évident. Les dossiers sont longs à monter, et il manque toujours un document. Et pendant ce temps là, l’échéance de sa promesse de vente de rapproche à grand pas. Passer par un courtier pour un emprunt immobilier à certains avantages, mais aussi quelques inconvénients. Il représente une alternative sérieuse à sa banque historique, et évite de perdre trop de temps dans le montage des dossiers.

 

Faut-il choisir une banque ou un courtier pour son crédit immobilier ?


Quand on achète une maison, et qu’on est prêt à s’endetter sur 25 ans pour cela, mieux vaut ne pas se tromper au moment de déposer sa demande de prêt. On peut le faire auprès d’une banque, mais aussi d’un courtier.

A lire aussi : les solutions quand une banque dit non à un prêt

Ne vous fiez pas aux taux très bas en pensant que tous les crédits se valent. Une différence de quelques dixièmes sur une grosse somme d’argent et sur une longue durée représente plusieurs milliers d’euros. A cela s’ajoutent les assurances et la personne à contacter en cas de besoin. Bref, c’est le crédit dans sa globalité qu’il faut prendre en compte avant de se décider.

 

Les avantages et les inconvénients d’un courtier immobilier pour emprunter


Un courtier en crédit ne devrait pas, en principe, vous coûter plus d’argent, mais au contraire vous en faire économiser un peu. C’est la banque qui rémunère son travail, et il possède une certaine marge de négociation vu les volumes qu’il peut engager auprès d’un partenaire bancaire. Son rôle est de vous trouver le meilleur crédit possible en fonction de votre apport, de vos capacités de remboursement, et de la somme que vous avez besoin d’emprunter.

En plus d’un gain d’argent, le courtier représente un gain de temps considérable. Celui qui a déjà fait l’expérience de vouloir emprunter pour un achat d’appartement auprès de sa banque sait de quoi je parle : des allers et retours incessants à la banque pour un dossier qui n’en finit pas. C’est le courtier qui va s’occuper de tout cela, et il le fera en plus en parallèle auprès de plusieurs banques, ce qui peut vous faciliter la règle des 3 établissements de crédits indiqués dans le compromis de vente.

 

Les avantages de passer par un courtier

D’abord, il est rompu à l’exercice, ce qui peut paraître anodin, mais qui est important quand on avance sur un terrain inconnu. Mieux vaut aller en voir un avec dans les mains une première proposition de sa banque, histoire de voir si il a les moyens de faire mieux.

Un bon courtier va vous aider à regrouper toutes les pièces justificatives nécessaires, pour le prêt mais aussi pour souscrire aux assurances. Celles-ci peuvent d’ailleurs être prises ailleurs que dans l’établissement bancaire qui va consentir le prêt immobilier.

Il sera votre interlocuteur unique, et va se charger lui même de toute le phase des négociations. Et s’il veut gagner un peu d’argent sur votre dossier, il faudra qu’il soit performant. En plus, niveau délai, il organisera tout pour que vous soyez dans les temps, entre le crédit, l’achat, le notaire et tutti quanti.

La meilleure banque pour un prêt immobilier


négociation immobilière

Le mieux est de commencer par aller voir sa banque historique, celle avec qui vous entretenez déjà de bonnes relations. Il faut quand même savoir que les banques traditionnelles ne sont pas toujours les mieux placées en matière de taux, bien au contraire. Mais comme toujours, il ne faut pas hésiter à négocier, les conseillers ayant toujours une marge de manoeuvre sur le taux, mais aussi sur les assurances et les frais de dossier. Votre capacité de négociation dépendra aussi de votre profil : votre banque n’aura pas intérêt à vous laisser filer ailleurs si vous êtes un bon client.

A côte de ces banques dites « classiques » (BNP et Société Générale par exemple), on trouve des banques dont le crédit immobilier est le coeur de métier. Parmi elles, le Crédit Foncier et le Crédit Immobilier de France. Niveaux taux, elles sont bien placées, bien que la baisse des taux d’intérêts ait eu pour tendance de rapprocher toutes les offres dans un mouchoir de poche.

Entre le courtier et ma banque, mon coeur balance… Il est possible de réaliser de bonnes affaires chez les deux. Notre conseil, faire faire une simulation à son banquier, puis demander la même chose à son courtier. Retournez voir votre banque, et montrez lui la nouvelle proposition du courtier, si elle est inférieure à votre première offre. Cela suppose d’avoir quand même un peu de temps devant soi, il faut donc commencer les démarches tout de suite après avoir signé le compromis de vente.