Le Prêt Brasseur: Contrat Pour Financer un Bar, Pub ou Restaurant

Pour ouvrir un bar ou une brasserie, ou pour se lancer dans la restauration, il faut de l’argent. On peut bien sur passer par une banque pour faire un emprunt. C’est un financement classique, mais qui ne couvre pas toujours la totalité des besoins quand on se lance dans le commerce.

Parmi les aides financières existantes pour le compléter, il y a le prêt brasseur (les associations qui prêtent de l’argent sont rares) Comment ça marche ? Votre distributeur de boisson va vous prêter une certaine somme en échange de votre engagement à vous fournir chez lui. Mais le contrat brasseur n’a pas que des avantages car il devient difficile après cela de négocier les prix au plus bas.

Demander un crédit à son fournisseur : une bonne idée ?


Bien réfléchir avant de s’y lancer. Car signer un contrat d’exclusivité avec son brasseur, c’est ne pas pouvoir se fournir ailleurs sur certains produits, pas facile quand on défend l’artisanat, le bio ou le bon.

Car ces grossistes en boissons n’ont pas tout en catalogue. C’est le prix à payer pour obtenir un prêt d’argent ou de matériel : pompe à bière, percolateur… Et même la licence IV dans des régions où elle est devenue très difficile à obtenir du fait de son prix !

Et cette entente avec son brasseur ne date pas d’hier

Ce n’est rien donc qu’une technique de fidélisation pour ces gros groupes qui ont les moyens financiers de le faire. C’est pourquoi bien souvent, on retrouve les mêmes produits chez tout le monde.

Pour l’originalité, mieux vaut avoir les reins assez solides pour ne pas fonctionner de la sorte, mais peu sont les repreneurs d’entreprises ou les créateurs à pouvoir s’en prévaloir. Le pire dans tous ça, c’est que les produits industriels sont vendus plus chers qu’ils devraient l’être. Ainsi, un fût d’une marque très connu peu dépasser en prix celui d’une bière artisanale.

Tout n’est pas perdu

Loin de là. Les brasseurs sont des gens intelligents qui savent s’adapter aux exigences du marché. Si la clientèle dans son ensemble recherche des produits artisanaux, ils finiront par en proposer à leur catalogue. Aux gérants de bars et de restaurants de faire pression sur les commerciaux pour faire bouger les choses.

Comment obtenir un prêt brasseur ?


Ces grands groupes de distribution ne demandent que cela, et pour y arriver, ils proposent des conditions plus attractives que les banques, notamment en terme de garanties. Si les choses se passent mal pour le commerçant, ils sont toujours propriétaires de leurs machines et viennent simplement les récupérer.

Au niveau de la marchandise, si vous manquez de fonds propres, il faudra donc vous lier avec votre brasseur. Cette trésorerie est la bienvenue quand on créé un café où il faut bien plus qu’un micro crédit. Parlez en au commercial dès que vous allez le rencontrez si vous avez besoin de ce genre d’aide. Il se fera un plaisir de la mettre en place (en principe).

Bon à savoir

Les contrats d’exclusivités ne peuvent pas porter sur plus de 5 ans. Si on vous met du matériel à disposition, c’est à l’entreprise dépositaire de l’entretenir ou de le changer en cas de panne, à ses frais. Si vous voulez casser un contrat en cours avant son terme, préparez vous à sortir le chéquier pour payer les pénalités : et elles sont lourdes !

Comment ça se passe chez nos voisins ?


Les anglais, grands buveurs de bière, ont carrément interdit le prêt brasseur, qui pesait trop sur les pubs de par les prix pratiqués et sur les petites brasseries artisanales qui n’arrivaient plus à placer leurs produits : résultat, les consommateurs trinquaient dans tous les sens du terme.

obtenir un prêt brasseur

Ce qui semblait une bonne idée au départ n’en était pas une au final. C’est donc le retour de la libre concurrence, même pour les pubs sous licence qui continueront à payer leur loyer à leur propriétaire mais qui pourront se fournir où bon leur semble (et pourront ainsi tirer les prix vers le bas).

Au final, si le prêt brasseur permet de s’installer plus facilement, il finira par peser sur la trésorerie. Notre conseil : si vous n’avez pas les moyens de vous lancer sans cela, et bien… Ne le faites pas !