Liste noire de l’AMF 2016 : options binaires, forex, terres rares, manuscrits, photovoltaïque…

La bourse n’a rien à voir avec les investissements d’un bon père de famille. Ce sont des placements risqués, en particulier lorsqu’il s’agit de faire du trading sur internet où en un seul clic, il est par exemple possible d’acheter du pétrole en ligne. D’une façon générale, tout ce qui est très volatile sera dans la liste noire 2016 de l’AMF, les petits porteurs ruinés par les arnaques au forex et compagnie étant légions.

Les sites de trading en ligne dans le viseur


L’AMF va continuer de s’attaquer aux sites de trading (options binaires, forex…) en 2016, et la crise bancaire n’y est pas pour rien.

Le problème, c’est que beaucoup de petits épargnants se font berner par la publicité, qui leur fait croire qu’ils vont gagner de l’argent facilement et rapidement. Beaucoup sont tentés de prendre des risques pour que leurs économies leur rapporte un peu plus que le livret A. Et cela devient vraiment grave quand certains d’entre eux s’imaginent avoir la science infuse et quittent leur boulot pour vivre pleinement du trading. Hors on commence à comprendre que quand il s’agit de trader des options binaires ou des devises, seuls les véritables professionnels peuvent s’en sortir, et encore…

Les brokers interdits par l’AMF en 2016 vont donc se multiplier pour tenter de limiter la casse. Perdre toutes ses économies en une journée c’est déjà vu… Et une fois que l’argent s’est envolé, il est difficile de le réclamer. L’AMF préférant prévenir que guérir, on comprend mieux pourquoi options binaires et AMF ne font plus bon ménage.

Rien n’est simple en bourse

Parier sur le cours des devises est à la portée de tout le monde. Mais c’est alors un jeu de hasard, rien d’autre. Croire que s’enrichir avec le forex est simple est une illusion qu’il ne faut pas laisser se véhiculer, même si les publicités peuvent être très accrocheuses. Il faut particulièrement se méfier des sociétés domiciliées à l’étranger, où il est plus difficile de les réguler et surtout de pouvoir réclamer.

Et comme toujours, ce sont les personnes les plus faibles qui se font avoir : étudiants, chômeurs, retraités, allocataires du RSA et de la CAF, petits salaires, femmes seules… Les comptes épargnes se vident et c’est la descente aux enfers qui commence. Rares sont ceux qui s’en sortent une fois le doigt mis dans l’engrenage.

Des arnaques de plus en plus travaillées


Attention, les arnaqueurs se font passer pour l’AMF ou l’association UFC Que Choisir. C’est surtout ceux qui investissent dans le forex qui sont visés, car techniquement il est très facile de s’y lancer. Non content d’avoir plumés les pigeons, des escrocs remettent le couvert en se faisant passer pour l’association et en proposant à ceux qui ont perdus de grosses sommes d’argent de les récupérer en allant en justice, moyennant finance bien entendu. C’est le double effet kiss cool : on se fait avoir à l’aller et au retour. Ce genre d’arnaque s’évite facilement : d’abord, UFC Que Choisir ne contacte jamais directement les boursicoteurs, et deuxièmement, il ne faut jamais verser d’argent à quiconque pour ce genre de service. Car une fois que l’argent est perdu en bourse, on ne le récupère pas, c’est la seule vérité à connaître.

Les investissements à haut risques signalés récemment par l’AMF


Ce sont avec eux qu’ils est le plus facile de perdre toutes ses économies en un clic. Donc méfiance. Ceux qui sont devenus millionnaires sont rares. Ceux qui ont tout perdu, eux, sont très nombreux.

Les terres rares

Très à la mode depuis l’émergence des smartphones, elles ont des airs d’eldorado pour les chercheurs d’or de notre siècle. Mais ceux qui veulent se laisser tenter doivent être mis en garde.

investir terres rares

Pour rappel, on trouve ces terres rares presque toujours en Chine. Il est donc difficile d’aller vérifier sur place quand on décide d’investir dans une société qui les extraient et les transforment. Car la rentabilité, quand elle existe, n’est pas clairement démontrée, l’AMF est donc particulièrement vigilante et recommande la plus grande prudence. Ce sont les risques qui sont particulièrement pointés du doigt, ces derniers n’étant pas clairement exposés dans les publicités qui vantent ces gains faciles. Il faut dire qu’une promesse de 10% de gains annuels attirent bien des gogos, alors pour ce qui est de lire entre les lignes…

Quand à ces sociétés qui gagnent de l’argent aujourd’hui, rien ne dit qu’elles continueront à le faire demain, le marché étant très fluctuant quand il s’agit des terres rares qui n’en sont encore qu’à leur balbutiement, même si on commence à les utiliser dans toutes les nouvelles technologies, des batteries de voitures aux éoliennes.

Multiplier son investissement par 100

C’est ce que font miroiter certaines sociétés. Alors qui peut croire ces publicités ? Il y en a toujours qui se font avoir, par l’odeur alléchée, et qui ne mesurent pas les risques et leurs conséquences. Il ne faut donc pas se faire abuser par ces fausses promesses, même si les marges peuvent être importantes quand les terres rares sont bien extraites, transformées, et vendues à la technologie. Reste que les coûts de production ne sont pas toujours maîtrisées, et que les faillites dans ce secteur sont fréquentes.

Les manuscrits

Encore un placement qui a connu son heure de gloire, puis son effet de mode. Une plainte récente de particuliers ayant investi dans des manuscrits et s’estimant floués à défrayer la chronique. Car de plus value, ici, il n’y en a pas. C’est même une possible escroquerie qui pointe le bout de son nez.

investir dans des manuscrits

Une société, dont nous tairont le nom ici alléchait les collectionneurs et autres investisseurs par un rendement de 8%; tout ça avec des vieux papiers… Hors, elle vient de faire faillite, après avoir quand même collecté quelques 700 millions d’euros… La pyramide de Ponzi qui vaut à Madoff de croupir en prison n’est pas loin. Le principe de cette arnaque : on rémunère les anciens investisseurs avec l’argent des nouveaux.

La liquidation judiciaire ne va ici pas rembourser tout le monde, loin de là, et les promesses de fortune ne sont que de doux rêves lointains.

Le photovoltaïque

Là encore, c’est un investissement très risqué, et l’AMF se méfie des sociétés qui promettent des rendements allant jusqu’à 7%. Dès que le placement est alternatif, nouveau, peu commun, il faut redoubler de précautions pour ne pas se faire avoir par le miroir aux alouettes. On ne peut espérer gagner 5, 6 ou 7% par an sans prendre de risques, ça n’a pas de sens. Reste que les petits épargnants ne sont pas toujours bien informés des risques qu’ils prennent.

Bon, le tableau dressé n’est pas rose, mais il n’est pas complètement noir non plus. Certains sites font bien leur métier, même si cela reste très risqué pour le particulier. A ce sujet, lire notre avis sur le courtier Saxo Banque.