Financement autoconstruction: prêt, banque, budget…

Quand on parle de devenir propriétaire, on pense surtout à un achat.  Mais des fondations aux finitions, on peut aussi décider de construire sa maison soi même. Si l’auto-construction se fait moins que par le passé, c’est avant tout parce que le dossier de financement est compliqué à monter. Un tel projet suppose de trouver de l’argent pour le réaliser, et donc de trouver un crédit immobilier quand les fonds propres ne suffisent pas. Mais de quel budget parle-t-on ? Tout va dépendre si la maison est en bois ou en béton, où est-ce-qu’elle est située, de sa taille…

Obtenir un prêt pour construire sa maison soi-même


Oui, mais auprès de quelle banque ? Selon sa situation, on ne s’adressera pas au même partenaire. Les entrepreneurs devront trouver la meilleure banque pour les entreprises, les – de 30 ans la meilleure banque pour les jeunes et ceux qui sont en CDD, ou en chômage celle qui est le plus enclin à faire un prêt immobilier sans CDI.

Qu’est ce que l’autoconstruction ?


Mais commençons par le début. On parle ici de construire son toit avec ses mains, ou en tout cas sans faire appel à un promoteur immobilier. Bien sûr, rares sont les personnes qui peuvent tout faire seules, de A à Z, et il faudra faire appel à un professionnel pour des tâches complexes d’électricité ou de plomberie, mais quand on décide de se lancer dans cette aventure, on maîtrise la plupart des opérations et on aura une maison totalement personnalisée.

Bon à savoir : l’autoconstruction ne concerne pas que la maison mais bien d’autres projets, comme celui de creuser une piscine dans son jardin, d’installer une éolienne pour faire des économies d’énergie, une véranda pour prendre son petit déjeuner au soleil, une serre pour faire pousser ses légumes, et pourquoi pas une yourte ou un chalet.

Les motivations

On peut faire ce choix par désir et l’envie de s’impliquer à 100% dans son propre projet de vie, d’en maîtriser les tenants et les aboutissants, mais aussi par le souci de faire des économies, construire sa maison soi même revenant moins cher que de l’acheter toute faite, on gagner de l’argent sur la main d’oeuvre et sur les marges des différents intervenants.

Au niveau du budget, si on charge de presque tout, il est possible d’économiser 50% du prix final. C’est appréciable quand on a des moyens limités et qu’on ne peut pas emprunter beaucoup, de savoir qu’on va maîtriser les coûts. Mais d’une façon générale tout le monde est plus ou moins touché par la crise.

Reste à savoir si on a les capacités de le faire. Internet a changé beaucoup de choses, et on peut apprendre plus facilement à réaliser des travaux. Il y a aussi des logiciels adéquats et des matériaux plus faciles à travailler que par le passé.

Les dangers

Attention à ne pas vous lancer sur un coup de tête. D’abord, parce que le projet est de longue haleine. Une maison ne se monte pas en un week-end, même lorsqu’elle est en kit. Il faut compter entre 1an et 5 ans en fonction du temps passé et de l’aide que chacun pourra avoir.

Et puis, on ne peut pas présager à l’avance de certains problèmes de taille qui peuvent subvenir, retardant encore l’aménagement. Il y a aussi des impondérables, comme la météo. Enfin, financièrement, il se peut qu’à un moment le robinet soit à sec. Il faudra alors trouver de l’argent pour finir le chantier.

Quel budget prévoir et quelle économies sont réalisables ?

Combien ça coute ? C’est la première question qu’on se pose avant le premier coup de pioche. 50 000 euros, 100000 euros ? On peut être un as du bricolage mais il faut commencer par budgétiser son projet de la façon la plus précise possible et savoir combien on dispose d’argent. La somme globale sera faire de l’apport personnel (ce que chacun à mis de côté) et de l’emprunt bancaire.

Il faudra donc aller voir son banquier pour savoir ce qu’il est possible de lui emprunter en fonction de sa situation personnelle et professionnelle. Attention donc à avoir un taux d’endettement le plus bas possible. Une fois cette étape réalisée, il sera plus facile de décider de la taille de sa maison et des matériaux à utiliser. Pour donner une idée : compter en moyenne 75000 euros pour 150 m2 (sans l’achat du terrain).

Si vous pouvez économiser la moitié de ce que vous coûterait une maison « classique » il ne faut pas oublier que vous ne pourrez vous passer d’une certaine main d’oeuvre, à moins d’être un génie (sachez reconnaître vos limites). Il faut donc budgétiser ces heures de travail là. Votre maison doit être solide, et pas un château de cartes qui s’écroule au moindre souffle de vent.

Le financement en autoconstruction


C’est le sujet qui fâche, car il ne va pas être facile de convaincre son banquier. En cause le budget, qui est toujours difficile à définir complètement, et les risques que doit prendre votre banque à croire en vos capacités, que ce soit pour le montage d’une maison en bois en kit ou pour quelque chose en béton.

financement autoconstruction

Pourtant, sans argent, on ne peut rien faire, même avec beaucoup d’énergie et de bonne volonté. Certaines banques vont vous éliminer d’office, elles ne financent pas l’autoconstruction. Cela ne veut pas dire que vous n’en trouverez pas une prête à vous aider. Il faut donc garder courage. Sachez toutefois que vous ne pouvez pas vous engager dans des crédits qui représentent plus d’1/3 de vos revenus.

Construire sa maison soi même, c’est donc prendre son bâton de pèlerin et aller toquer à toutes les portes, jusqu’à ce qu’une d’entre elles s’ouvre. Si vous êtes timide, il y a toujours la solution du courtier, qui fera le travail pour vous, même si défendre soi même son projet est la meilleure façon d’arriver à ses fins dans ce cas là.

Pour trouver une banque

Mettez toutes les chances de votre côté avec un dossier solide et crédible, argumenté avec tous les devis. Car obtenir un prêt pour quelque chose qui n’existe pas encore, c’est loin d’être gagné, la banque ayant l’habitude de se garantir sur l’objet de la vente lors d’un achat immobilier.

Dans notre cas, elle ne pourra pas demander d’hypothèque, ce qui limite sa marge de manoeuvre pour prendre des garanties. Et puis, ce qui va aussi la chiffonner, c’est l’impossibilité qu’elle a de savoir que vous êtes bien l’homme de la situation (ou la femme) et que la maison erra bien le jour. Peut-être faudra-t-il alors mettre de l’eau dans son vin et faire réaliser certains travaux importants par un pro, comme tout ce qui touche à la sécurité ou au gros oeuvre.

Les banques réticentes

L’autoconstruction ne fera pas grimper votre banquier aux rideaux, et s’il consent à vous faire un prêt, c’est vraiment que vous êtes un bon client. Car les banques, c’est bien connu, prennent de moins en moins de risques, les taux sont trop bas, et le jeu n’en vaut pas la chandelle pour elles. Et pourtant, ceux qui décident de construire eux même leur nid douillet sont de plus en plus nombreux, surtout dans les régions rurales.

Pourtant, pour convaincre votre banquier de vos capacités de maçon, de plombier ou d’électricien, mieux vaudra être du métier et apporter les preuves de ce que vous avancez. Si vous êtes informaticien, laissez tomber, il y a peu de chances qu’il accède à vos desiderata.

Car le chemin à gravir sera long et semé d’embûches, parmi lesquelles les accidents de la vie (divorce, décès, chômage). La règle chez les professionnels du financement est donc d’avancer avec prudence.

Les difficultés pour trouver un financement en autoconstruction

trouver une banque pour démarrer sa maisonLes couples le disent : c’est une vrai galère. Le point numéro 1 à surmonter est son activité professionnel, et si vous n’êtes pas dans le bâtiment, on vous reconduira gentiment à la porte. Ensuite, mieux vaut être en CDI : les TNS, chef d’entreprise et autres intermittents du spectacle n’ont pas la cote auprès des banquiers.

Car ce qu’il faut savoir, c’est que dans la plupart de ces établissements, les décisions se prennent en haut, et non pas au niveau de votre conseiller. Donc, un bon feeling lors du rendez-vous ne veut rien dire. Il faut entrer dans les cases, et si ça dépasse, et bien, il n’y aura pas un sous à gratter. Parfois, les banques refusent, et on ne sait même pas pourquoi.

En définitive, si vous avez ce beau projet, le mieux est quand même d’être de la partie ou bien d’avoir suffisamment d’argent de côté pour démarrer et bien entamer la construction seule. Car avoir un prêt sera très compliqué, au moins au démarrage. Pour les finitions, il sera plus aisé de convaincre votre banquier de vous faire un petit prêt, si la maison tient déjà debout.